Il y a un magazine pour lequel je paie: filaire

Mes amis savent que je suis un snob de livres. J'adore les livres à couverture rigide. Il n'y a rien de tel que la fissure d'une colonne vertébrale vierge et le parfum d'une page nette avec de l'encre fraîche dessus. Un nouveau livre me semble toujours être un cadeau… et c'est le mien, tout le mien!

Je travaille cependant sur mon snobisme à couverture rigide! Je ne peux pas m'empêcher de me sentir coupable de tous les livres qui s'entassent dans mon appartement et qui méritent d'être lus par d'autres qui ne sont pas si disposés à grimper le prix du livre relié. J'y arriverai, je le promets. Dans une semaine environ, je vais organiser un concours et donner une boîte de couvertures rigides non lues… toujours dans leur plastique. Rester dans les parages!

Quoi qu'il en soit… autant j'aime la sensation du papier, j'ai arrêté de lire les journaux il y a des années. Je parlais à Jean Ketzenberger, un journaliste de Star Business (jeu de mots) à ce sujet il y a environ une semaine. J'ai arrêté d'acheter le journal lorsque le journalisme est passé du produit au remplissage entre les publicités.

J'ai arrêté d'acheter des journaux lorsque les journaux ont commencé à annoncer le nombre de coupons de l'édition du dimanche au lieu du nombre d'articles qu'ils avaient découverts. Cela m'attriste encore. S'il n'y avait pas eu la chronique de John, je ne suis pas sûr d'avoir lu The Indianapolis Star en ligne non plus.

WiredIl y a encore une publication imprimée que j'ai hâte de déballer et d'ouvrir, cependant… et c'est Magazine câblé. J'ai arrêté de m'abonner il y a des années quand ils sont passés aux grandes images, aux petits caractères… mais les deux dernières années ont été incroyables. Fini les peluches artistiques - chaque article est un tourneur de page. Il y a très peu d'éditions que je ne dévore pas d'une couverture à l'autre. J'ai relu l'année dernière et j'ai même remarqué que je blogue sur les articles Wired une fois tous les 2 à 3 mois.

Magazine filaire du mois:

Puisque ces articles sont maintenant en ligne, je vous mets vraiment au défi de lire ces articles. Si votre journée est remplie de lecture d'articles de blog et que vous faites partie de ces gens qui se demandent pourquoi nous avons plus besoin de journalistes, n'importe lequel de ces articles devrait changer d'avis. Le soin et l'écriture apportés à chacun de ces articles sautent de la page… euh… écran.

Quand je pense à combien je paie pour un bon livre relié et combien coûte Wired Magazine, je me demande pourquoi je ne paie pas plus pour mon abonnement. Il n'y a pas un seul magazine sur le marché qui capte mon attention et rapporte beaucoup sur le secteur de la technologie ainsi que sur Wired.

Je ne peux pas attendre le mois prochain Wired!

4 Commentaires

  1. 1
  2. 2

    Wired est également le seul avec lequel je suis resté. Je suis un joueur et j'ai obtenu Game Informer au cours des 2 dernières années environ, mais c'est uniquement parce qu'il est fourni avec la carte de réduction Game Stop.

  3. 3

    Les lecteurs réguliers de notre blog (www.inmedialog.com) sauront que nous sommes des partisans passionnés de l'excellence dans le journalisme, peu importe le format. Je sympathise avec ceux qui doivent souffrir d'un quotidien de ville natale de deuxième ou de troisième ordre ; c'est certainement le cas ici à Ottawa, au Canada, où le chiffon local est un cas catastrophique de propriété des médias d'entreprise qui se précipite vers le bas.

    Cependant, nous avons la chance d'avoir un superbe quotidien national, le Globe and Mail, qui débarque chez moi tôt le matin. Il a été une lecture obligatoire d'avant en arrière dans ma vie depuis plus de 25 ans qu'il est disponible. Il se classe parmi les meilleurs journaux de langue anglaise au monde.

    Lire le Globe tous les jours me laisse à peu près autant de temps pour d'autres périodiques que ton penchant autoproclamé, Douglas, mais je partage ton affection pour Wired. C'est devenu mon magazine technologique numéro un depuis la faillite de Business 2.0. (Vous pouvez lire mon obit pour 2.0 ici : http://inmedialog.com/index.php/archives/a-business-20-titan-bows-out/) Il a plus de trucs de gadgets et de geek et moins de rythme commercial que 2.0, mais l'écriture est exceptionnelle, les fonctionnalités sont généralement bien documentées et réfléchies et au moment où j'en ai fini, chaque le numéro a plusieurs coins de page repliés pour me rappeler de vérifier plus avant tout ce qui a été écrit sur cette page.

    Nous recevons des dizaines de magazines livrés chaque semaine à notre agence de relations publiques axée sur la technologie ; Wired est le seul personnel commandé doit être placé sur mon bureau dès son arrivée.

    • 4

      Salut Francis,

      J'ai commencé à travailler avec The Globe and Mail il y a environ 5 ou 6 ans et je suis d'accord avec votre évaluation. Le Globe, à l'époque, était très soucieux d'atteindre le bon public… et pas seulement atteindre quiconque pourrait acheter le journal. Ils ont également évité les remises – tout cela a donné au journal une valeur perçue beaucoup plus importante. Le Globe and Mail surpasse peut-être le Wall Street Journal en tant que meilleur journal d'affaires au monde. C'est un super journal et une super organisation !

      Merci d'avoir ajouté à la conversation !
      Doug

Que pensez-vous?

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..