Les professionnels des médias sociaux ne peuvent pas gérer la vérité

tu ne peux pas gérer la vérité

J'ai fait une expérience récemment. Il y a quelques années, j'ai décidé d'être à 100% communication à propos de mes croyances personnelles politiques, spirituelles et autres sur ma page Facebook. Ce n'était pas l'expérience… c'était juste moi qui était moi. Mon propos n'était pas d'offenser les autres ; c'était simplement pour être vraiment transparent. Après tout, c'est ce que les professionnels des médias sociaux n'arrêtent pas de nous dire, n'est-ce pas ? Ils n'arrêtent pas de dire que les médias sociaux offrent cette incroyable opportunité de se connecter les uns aux autres et d'être communication .

Ils mentent.

Mon expérience a commencé il y a quelques semaines. J'ai arrêté de publier des articles controversés sur ma page Facebook et je me suis contenté de discuter de ces sujets lorsque d'autres personnes en parlaient sur leurs pages. C'est anecdotique, mais l'expérience m'a amené à tirer trois conclusions:

  1. Je suis plus populaire quand je tais-toi et garder mes opinions pour moi. C'est vrai, les gens ne veulent pas me connaître ou veulent que je sois transparent, ils veulent juste le personnage. Cela inclut mes amis, ma famille, d'autres entreprises, d'autres collègues… tout le monde. Ils interagissent avec mes messages d'autant plus qu'ils sont moins controversés. Pas étonnant que les vidéos de chats dominent Internet.
  2. La plupart des consultants en médias sociaux manque de perspicacité dans leur vie personnelle, leurs problèmes, leurs croyances et les questions controversées en ligne. Tu ne me crois pas? Rendez-vous sur la page Facebook personnelle de votre gourou des médias sociaux préféré et recherchez tout ce qui peut prêter à controverse. Je ne veux pas dire sauter dans le train public - ce qu'ils font souvent - je veux dire prendre position contre le statu quo.
  3. La plupart des consultants en médias sociaux méprise le débat respectueux. La prochaine fois que votre professionnel des médias sociaux préféré qui a prononcé un discours ou écrit un livre sur la transparence saute dans le train en marche et que vous n'êtes pas d'accord avec lui… dites-le sur sa page Facebook. Ils détestent ça. Pas moins de 3 fois un collègue m'a demandé sortir de leur page et prendre mon avis ailleurs. D'autres ne m'ont plus suivi et ne se sont plus amis lorsqu'ils ont découvert que j'avais des croyances opposées.

Ne vous méprenez pas, je suis passionné. J'aime un grand débat et je ne tire pas mes coups. Les médias sociaux ont tendance à pencher dans un sens alors que je penche souvent dans l'autre sens sur de nombreux sujets controversés. Je ne suis pas en désaccord avec les gens juste pour être en désaccord - j'essaie simplement d'être honnête et transparent sur mes croyances personnelles. Et je fais tout mon possible pour rester factuel et impersonnel… même si je ne retiens pas le sarcasme.

Vous entendez souvent en ligne et dans les médias, nous avons besoin d'une conversation honnête. Faux… la plupart des gens ne veulent pas d'honnêteté, ils veulent juste que vous sautiez dans le train en marche. Ils vous aimeront, partageront vos mises à jour et achèteront chez vous lorsqu'ils découvriront que vous êtes d'accord avec eux. La vérité sur les réseaux sociaux est :

Vous ne pouvez pas gérer la vérité.

J'ai même demandé à un conférencier principal de venir me voir lors d'un événement national, de me serrer dans ses bras et de me dire qu'il adore la position que je prends sur des sujets en ligne… il ne peut tout simplement pas le dire publiquement. Il n'a jamais aimé ni partagé aucune opinion ou article que j'ai partagé sur ma page Facebook bien qu'il me suive. Je ne veux pas mettre des mots dans sa bouche, mais cela me dit essentiellement que son personnage en ligne est faux, soigneusement sculpté pour assurer sa popularité sans mettre ses chèques de paie en danger.

Alors je ne peux pas m'empêcher de me demander. Que disent ces personnes en ligne qui sont simplement conçues pour être populaires et pas nécessairement pour être la vérité ? Lorsque nous déployons des stratégies de médias sociaux pour nos clients, nous constatons souvent que ce qui est populaire n'a jamais tout à fait l'impact que énervé.

Voici un peu de transparence et d'honnêteté pour vous - la plupart des professionnels des médias sociaux sont des menteurs et devraient simplement l'admettre. Ils devraient jeter leurs conseils de BS sur la transparence et dire aux entreprises que, si elles souhaitent maximiser la portée et l'acceptation, elles devraient éviter la controverse, sauter dans le train de la popularité, créer un faux personnage… et regarder les bénéfices augmenter. En d'autres termes, suivez leur exemple et mentez.

Après tout… qui se soucie de l'intégrité et de l'honnêteté quand il y a de l'argent à gagner.

26 Commentaires

  1. 1

    Doug,

    Pour ce que ça vaut, j'aime votre transparence en ligne. C'est rafraîchissant et j'aime penser que je vous connais assez bien pour comprendre votre désir d'un débat respectueux. J'aime les gens honnêtes en ligne et hors ligne. Je vous encourage à rester vous-même.

  2. 2

    Je ne suis pas un professionnel des médias sociaux bien que certaines personnes aiment me mettre dans cette case. Je suis simplement curieux de savoir si vous me classez comme quelqu'un qui ne peut pas gérer la vérité, qui n'aime pas le débat et évite la transparence?

  3. 4

    OK Doug, je dirai que je ne suis pas d'accord avec vous, selon la nature de la position prise et le contexte de l'engagement.

    Si l'argument ou la position que l'on fait est dans le domaine des affaires, des perspectives sur le marketing, les médias sociaux, etc., et que quelqu'un n'est pas en désaccord ou n'est pas d'accord ouvertement quand c'est controversé, alors ils ne sont pas authentiques.

    Si l'argument porte sur la religion, la politique, les valeurs personnelles et non dans un contexte commercial, et qu'ils restent silencieux, cela ne signifie pas qu'ils sont faux ou qu'ils préservent une fausse personnalité. Ils peuvent penser comme moi qu'il y a un temps et un lieu pour différentes discussions.

    Ma question est la suivante: êtes-vous vraiment indigné à ce sujet ou peignez-vous simplement avec un pinceau large pour que les lecteurs soient plus authentiques? J'essaie d'être rationnel et d'éviter les hyperboles dans mes messages et mes réponses, et ils n'obtiennent pas autant d'action que les messages remplis d'émotions, «sans lésiner sur le sarcasme». Heureusement que je ne suis pas un gourou des médias sociaux.

    • 5

      Eh bien, tout le gâchis d'un article, je l'ai soumis avant que j'aie eu la chance de le modifier ... Comme je l'ai dit, certainement pas un gourou des médias sociaux (surtout quand il s'agit de savoir comment éditer les messages que je fais depuis mon téléphone ...)

      J'espère que mon argument était clair, que le sarcasme et l'émotion obtiennent des réponses mais ne sont pas toujours appropriés ou authentiques non plus.

    • 6

      Mon point est assez simple… que la plupart des professionnels qui fournissent des conseils sur les médias sociaux ne suivent même pas leurs propres conseils. La transparence et la communication ne sont efficaces que si elles sont honnêtes et directes. OMI, la plupart des raisons pour lesquelles nous avons des problèmes en ligne sont l'incapacité des gens à exprimer leur opinion et à conversation honnête, ou l'intolérance de ceux qui utilisent les médias sociaux à respecter ceux qui ont une opinion différente. Quoi qu'il en soit, cela n'aide pas les entreprises à communiquer efficacement avec leurs clients - ou vice versa.

  4. 7

    Cette salle d'audience est hors service!

    Je dis que lorsque vous désactivez certaines personnes, vous allumez certaines personnes. Dites ce que vous voulez Doug (je sais que vous le ferez). Il y a certainement des tas d'hypocrites qui parlent d'authenticité et que la démonstration de leur vérité n'est rien d'autre que le milieu de la route, alors je suis heureux que vous l'ayez proclamée.

    Je pense que peu importe où vous jouez, si vous vous lancez dans la politique, vous ferez chier les gens. Je vous en prie. Les réseaux sociaux sont censés aider à démocratiser la conversation, non?

  5. 9
  6. 11

    C'est un super morceau, Doug. Dire que l'empereur sur les réseaux sociaux n'a pas de vêtements est une expression rare d'une transparence authentique.

    Mais je pense que choisir les «consultants en médias sociaux» pour la critique est trop restreint. La peur d'être un paria sur les réseaux sociaux limite le partage par tous, sauf les plus rebelles d'entre nous.

    Il ne fait aucun doute que les médias sociaux favorisent la conformité et le politiquement correct. C'est juste la nature du médium.

  7. 13

    La façon dont j'ai abordé ce problème, c'est que j'ai tendance à me concentrer sur les affaires sur LinkedIn et sur Facebook. Twitter obtient un léger mélange des deux. En conséquence, je suis BEAUCOUP plus sélectif sur qui je suis ami ou accepter les demandes d'amis sur Facebook. Je veux qu'ils me connaissent personnellement et, par conséquent, ils ne sont généralement pas surpris par mes opinions et / ou ils savent que j'apprécie une discussion ou un débat respectueux.

    Avec cette approche, je trouve que je peux partager mes opinions et engager des discussions tout en gardant mes relations.

  8. 16

    C'était vraiment un article qui suscite la réflexion. Dans quelle mesure suis-je prêt à être réel lorsque les affaires sont impliquées? Ma position offensera-t-elle quelqu'un qui fait affaire avec moi ou qui fera affaire avec moi? Je ne suis pas doué pour les activités sociales en ligne, donc j'ai tendance à ne pas publier régulièrement. Ma mère me disait de rester à l'écart des sujets politiques et religieux. Pour la plupart, les gens ont des informations factuelles, des opinions et des potins (FOG). Les débats qui semblent coincés dans la boue sont ceux où règnent les ragots et les opinions. J'ai tendance à déguiser mes émotions sur un sujet sous forme de logique. La plupart des gens font la même chose. Ce n'est que lorsque je peux vérifier mes émotions (et que les autres font de même) sur un sujet que je peux m'éloigner d'une opinion et des potins et avoir une conversation productive. Merci Doug pour un article qui suscite la réflexion!

    • 17

      Je vous remercie! Et je suis d'accord… Je souhaite juste que nous soyons assez courageux pour respecter les différences et arrêter de fuir le débat. Il semble y avoir une notion dans ce pays que vous êtes soit avec moi, soit contre moi… au lieu d'être simplement différent de moi.

  9. 18

    Quelques réflexions si vous me le permettez.

    1. Les humains sont tribaux et ont soif d'ordre et d'efficacité. Ils n'aiment pas ceux qui perturbent continuellement l'ordre et ont tendance à les bannir dans le désert. Cela est également vrai dans les médias sociaux. Aucun média n'éliminera des milliers d'années de comportement enraciné en quelques années. Le mouvement des médias sociaux n'a pas changé la façon dont les humains interagissent * vraiment * les uns avec les autres. Au contraire, il a trouvé un moyen pour les humains de satisfaire ce besoin tribal profond en ligne. C'est pourquoi il a décollé comme une fusée. Ce n'est pas nouveau. Cela permet quelque chose de très, très ancien.

    2. J'ai pensé dernièrement que, plutôt que d'appeler cela l'ère «numérique», les futurs historiens appelleraient les années 1995 à 2030 «l'ère du narcissisme». Comme je l'ai dit plus haut, le Web et les médias sociaux ne sont pas des moteurs de changement, ce ne sont que des médias qui permettent et reflètent ce que les individus et les tribus pensent et ressentent. En cette ère numérique très précoce, nous avons généralement utilisé les médias sociaux comme un moyen pour tous d'atteindre le proverbial `` 15 minutes de gloire '' plutôt que de vraiment conduire un changement social profond et durable. Comme pour la radio et la télévision auparavant, les médias sociaux sont rapidement devenus un moyen pour les personnes actuellement célèbres de renforcer leurs images (par exemple, Donald Trump) et pour tous ceux qui ont une bouche et un clavier pour devenir un `` leader d'opinion '', ou `` changer '' agent »ou« growth hacker ». Nous jouons continuellement à un jeu d'invention de nouveaux mots à la mode pour montrer que nous avons en quelque sorte de nouvelles idées (encore une fois… le piratage de la croissance), et que nous devrions être salués comme des leaders d'opinion. Nous avons également dénigré des mots comme «génie», «leader d'opinion», «gourou» et d'autres. Il semble que toutes les autres personnes sur LinkedIn sont l'une ou plusieurs des personnes ci-dessus, même si sa prétention à la renommée était de `` refondre '' le site Web commercial floral de sa famille et de les faire monter légèrement dans l'échelle du référencement. L'humilité et l'éthique sont en grande partie après-pensée pour le moment, tandis que la célébrité et la personnalité sont la devise du jour. Je pense qu'il y aura une nouvelle ère à un moment donné une fois que le `` big bang '' aura diminué, mais jusque-là, tout dépend généralement de moi et de la façon dont je peux vous utiliser pour atteindre mes fins.

    Mon 0.02 $

    • 19

      Pensée provocante. Mais j'ajouterais aussi que ce sont souvent ceux qui laissent entendre et qui sont appelés «narcissiques» qui font avancer l'humanité. Si vous faites simplement partie du troupeau, vous faites peut-être partie du problème!

  10. 20
  11. 22

    Je suis avec Barry Feldman. «… Lorsque vous désactivez certaines personnes, vous allumez certaines personnes.» J'ai toujours soutenu que mes opinions sont les miennes et celles de personne d'autre sur mes réseaux sociaux. Et j'aime être interpellé mes gens qui ne partagent pas mes points de vue. Mais je suis également d'accord avec vous pour dire que certaines personnes ont peur de s'engager dans un débat et préfèrent jouer la sécurité. Ils peuvent même être d'accord avec moi mais n'appuieront pas sur le bouton «J'aime» de peur d'être découverts. Je n'en fais pas partie. J'aime les gens et les marques énervés.

  12. 23

    Je pense que la différence est que certaines personnes expriment leurs croyances sans juger les autres si elles ne sont pas d'accord. J'ai arrêté de suivre quelqu'un l'autre jour que j'ai vraiment respecté parce qu'il a tweeté «les idiots qui croient que…» et il se trouve que j'étais l'un de ces «idiots». Je pense que le monde a oublié que nous pouvons être en désaccord tout en respectant que d'autres peuvent être arrivés à une conclusion différente à partir des mêmes faits.

  13. 25

    Une chose avec laquelle je lutte beaucoup, c'est que les publications et les politiciens sont payés pour prendre position, car en tant qu'homme d'affaires, vous risquez d'aliéner les prospects et les clients. Bien sûr, je n'ai jamais prêché la transparence donc je pense que je suis en clair 😉

    • 26

      Tellement vrai. Je suis sûr que mes diatribes m'ont fait perdre quelques clients et prospects. Cependant, je préfère travailler avec des gens qui respectent le fait que je pourrais avoir un point de vue différent de celui qui ne l'a pas fait. C'est un choix difficile, c'est sûr.

Que pensez-vous?

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..