Maximiser le succès pour améliorer les résultats

changer de rouge

ModifierLe blog et les newsletters de Tripp Babbitt sur Pensée de nouveaux systèmes a vraiment grandi sur moi.

Depuis qu'il a rencontré Tripp lors d'un événement de conférence régional, il a partagé une tonne de ses connaissances et de son expérience avec moi directement, dans sa newsletter et sur son blog.

L'une des raisons pour lesquelles je pense que j'apprécie tant ses écrits et ses leçons est que Tripp analyse férocement les entreprises et constate souvent que les mesures et les objectifs ne correspondent jamais aux problèmes réels.

Un exemple typique est une entreprise qui mesure le nombre d'appels de support client et récompense ses équipes clients en fonction du volume d'appels qu'elles sont capables de traiter. Comme l'explique Tripp, la société n'a pas analysé pourquoi ils recevaient les appels et quel était le coût d'une équipe de service client par rapport à la correction du problèmes de racine qui a provoqué les appels en premier lieu.

Le problème et le symptôme sont répartis entre deux départements qui ne travaillent jamais ensemble et qui n'ont pas d'objectifs communs. Il n'y a aucun avantage à résoudre le problème d'origine puisque les problèmes qu'il cause sont simplement transférés au département suivant.

Depuis un certain temps, je suis un défenseur de trouver ce qui fonctionne et l'ajuster, plutôt que de se concentrer sur ce qui ne fonctionne pas.

Il ya beaucoup de leaders célèbres et les systèmes d'entreprise qui croient au contraire… ils vous diront que si vous réussissez à 99%, vous devriez travailler pour améliorer ce dernier 1%. C'est un processus infiniment frustrant qui laisse une trace d'employés licenciés et frustrés.

Je crois que les dirigeants, les entreprises et les stratégies qui réussissent maximisent le succès plutôt que d'essayer de minimiser l'échec:

  • Dans les médias sociaux, j'ai défendu permettre aux entreprises d'utiliser les médias sociaux et les responsabiliser plutôt que d'appliquer des règles et des limites.
  • Dans les blogs, j'essaie de m'assurer que le contenu que j'écris concerne encourager les lecteurs essayer de nouvelles technologies plutôt que de les éviter.
  • En tant que leader, je crois en faire correspondre les talents des employés aux besoins de l'organisation plutôt que d'essayer de forcer les employés à des postes d'échec assuré. Si vous avez une clé, ne lui dites pas que ce n'est pas un bon marteau. Allez chercher un marteau si c'est ce dont vous avez besoin.
  • Dans le marketing en ligne, il est essentiel que vous continuiez à modifier ce qui fonctionne avec votre marketing en ligne plutôt que d'essayer de résoudre ce qui n'a jamais fonctionné. Bien sûr, vous devriez expérimenter lorsque des opportunités se présentent, mais pousser votre public vers le succès plutôt que d'essayer simplement d'éviter l'échec.
  • Même en tant que parent, j'ai trouvé cette méthode beaucoup plus saine. Si mes enfants aimaient les mathématiques (ce qu'ils adorent) mais n'aimaient pas les sciences humaines, je ne leur faisais pas lire des livres d'histoire tous les soirs… Je les encourageais davantage en mathématiques. (J'ai cependant exigé des notes décentes dans toutes les matières). Mes deux enfants ont d'excellentes notes… et mon fils est maintenant un étudiant spécialisé à l'IUPUI, en mathématiques et en physique.

Je lisais même sur Sparkpeople, un site pour ceux d'entre nous qui sont en surpoids et qui cherchent à être en bonne santé, que des études récentes ont montré que les gens faire de l'exercice pendant 10 minutes par jour ont plus de succès que ceux qui exercent les 90 minutes prescrites. L'entraînement plus court procure un sentiment d'accomplissement (plutôt que d'agonie) et les gens étaient plus susceptibles de s'en tenir à la routine.

2 Commentaires

  1. 1

    Doug,

    Funny you wrote about this today, because just yesterday I met with Carla and Anna of Ignite HR Consulting and they discussed a training program they administer called “Strengths” that sounds complimentary to this post. My takeaway was that the Strengths program – rather than seeking to shore up weaknesses – helps each person to identify their strengths, i.e. what they are good at and what they are passionate about, so they can do more of that for the benefit of the organization and their own well-being.

    Similarly, with age I have sought to put more of my energy to those things I am both good at and enjoy, because: a) there are only so many hours in the day (and in a life), so why not try to make better what I can; b) there is more than enough that I have to do that I am bad at or don’t enjoy; and c) it’s empowering to build success on success (regardless of whether they are big or small successes, because I take what I can get. :)).

    Have a great day, my friend.

    Sec

  2. 2

    Focusing on the positives and what you are passionate about. I am not a web designer and even though I try I will never try to master it. There are others out there who down the road will do a better job then me and do it with less frustration. I need to focus on what works for me and what I’m good at and get even better at those things.

Que pensez-vous?

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..